Logo

Construction

Collaboration. Il est nécessaire de prévoir une marge suffisante dans le plan de financement

Au Pâquier (NE), Aloïs Cachelin et ses associés Aurélie et David Hadorn ont construit une nouvelle étable pour vaches laitières. Le coût final a dépassé les estimations du planificateur de près de 500 000 francs.

Aloïs Cachelin, Aurélie et David Hadorn, accompagnés de leur apprenti Dylan Debély (de gauche à droite), sont satisfaits de leur nouvelle stabulation.V. Gremaud

Vincent Gremaud

Vincent Gremaud

4 avril 2024 à 10:41, mis à jour le 8 avril 2024 à 08:37

Temps de lecture : 6 min

«Construire une stabulation, c’est comme organiser un mariage. Il faut faire une multitude de choix et aller au bout des choses!» C’est ainsi qu’Aloïs Cachelin, agriculteur au Pâquier (NE), résume le parcours du combattant qu’il a dû suivre, avec l’aide de ses associés, pour aboutir à la réalisation de leur projet. Aujourd’hui, ils sont satisfaits de leur nouvel outil de travail: une stabulation de 53 places gros bétail (PGB), dont 45 logettes pour les vaches, avec fenil et stockage des effluents.

En 2017, l’ingénieur agronome, alors conseiller agricole pour la Chambre neuchâteloise d’agriculture et de viticulture (CNAV), reprend la ferme familiale qui produisait du lait de fabrication bio depuis déjà 5 ans. Il ne se voit pas exploiter seule une ferme laitière et entreprend très vite des discussions avec des agriculteurs voisins, Aurélie et David Hadorn. Ces derniers ont, à l’époque, le projet de reprendre l’exploitation du père de David et sont extrêmement motivés à la réorienter vers la production laitière. Ils se montrent également ouverts à une collaboration. Tous les trois forment alors une communauté d’exploitations et décident de bâtir une étable commune.

«Toutes les étoiles se sont alignées pour que les démarches aboutissent vite», explique Aloïs Cachelin. «Nous avons mené les premières réflexions en 2018 et, à fin 2019, nous avions déjà une idée assez précise du bâtiment que nous voulions.» Ils négocient les équipements intérieurs courant 2020 (lire ci-dessous), mettent à l’enquête leur projet en juin de cette même année et obtiennent le permis de construire en octobre.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.