Logo

Cultures

Irrigation. La gestion de l’eau préoccupe de plus en plus le monde agricole

L’approvisionnement en eau pourrait bouleverser le secteur agroalimentaire au niveau mondial. La Suisse n’est toutefois pas menacée à court terme et la recherche travaille.

Les réserves d’eau pour les rizières en Chine pourraient s’épuiser d’ici à 10 ans.iStock

Pierre-André Cordonier

Pierre-André Cordonier

5 avril 2024 à 00:00, mis à jour à 07:58

Temps de lecture : 5 min

La Suisse a déjà connu plusieurs épisodes de sécheresse inquiétants. Ces alertes qui pourront devenir plus fréquentes stimulent la recherche dans la gestion de l’irrigation. Éviter le gaspillage, cibler les besoins en eau et tenir compte de l’évolution du climat sont au centre des préoccupations (lire ci-dessous). Mais qu’en est-il au niveau mondial, sachant que la Suisse importe plus de 50% de sa consommation de calories alimentaires?

En Chine, les réserves d’eau nécessaires à la production de riz pourraient être épuisées dans les 5 à 10 prochaines années. Cette information, reprise par Joël Di Natale, directeur de BlueArk et du groupe Altis, lors de la conférence BlueArk de novembre 2023, a de quoi inquiéter. Sur l’exercice 2022-2023, la Chine a consommé près de 155 millions de tonnes de riz pour sa consommation de base (194 millions de tonnes au total en 2019). On peut légitimement s’interroger sur les perturbations qu’une pénurie de riz dans ce pays engendrerait sur les marchés agroalimentaires.

Baisse des nappes

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.