Logo

C’est la vie

Vladimir et Naomi Zürcher. Au cœur d’un projet familial engagé

Vladimir Zürcher, agriculteur, et Naomi Zürcher, son épouse, ont façonné un univers unique à Porrentruy (JU). En tant que producteurs passionnés, ils travaillent chaque jour à améliorer le monde qui les entoure, enrichissant ainsi leur récit familial d’enseignements.

Vladimir Zürcher et ses chèvres paon.Eve Ruch

Eve Ruch

Eve Ruch

25 mars 2024 à 00:00, mis à jour à 09:35

Temps de lecture : 5 min

Dominant les hauteurs de Porrentruy, la ferme Waldegg offre une vue imprenable sur la ville. La famille s’est fraîchement agrandie de leur septième membre. «Nous voulions six enfants, mais nous allons nous arrêter là», plaisante Naomi. Naomi et Vladimir sont la quatrième génération Zürcher à gérer la ferme Waldegg, la première génération s’étant installée en 1948.

Naomi et Vladimir sont la quatrième génération Zürcher à gérer la ferme Waldegg.
Naomi et Vladimir sont la quatrième génération Zürcher à gérer la ferme Waldegg.Eve Ruch

Passionné par le bétail bovin, ce dernier a toujours su qu’il reprendrait la ferme familiale. L’année précédant la reprise, marquée par l’arrêt de la traite, s’est avérée riche en changements. «Les premiers jours de l’année 2015, mon père, Fritz, n’est pas venu à la ferme. C’était étrange, on ne connaissait pas le domaine sans sa présence. Cette pause était bienveillante, il voulait que nous trouvions nos marques sans qu’il donne son avis sur tout», précise Vladimir.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

C’est la vie

Maryline et Philippe Buchwalder. Bonheur sur les hauteurs

Lorsque l’on quitte la petite commune de Courcelon (JU) nichée à 415 mètres d’altitude, pour grimper vers la colline qui se dresse devant nous, il suffit de parcourir moins de quatre kilomètres pour atteindre la ferme-auberge de Maryline et Philippe Buchwalder, perchée à 800 mètres.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.