Logo

C’est la vie

Alexandre Delétraz. Vigneron genevois en Valais

Patron de la Cave des Amandiers qu’il a créée en 2008, Alexandre Delétraz a su faire sa place en Valais, où il est aujourd’hui connu et reconnu. Passionné par son métier, il peut parler des heures de la terre, de la vigne et du vin, mais aussi déplorer la situation précaire de sa profession.

Alexandre Delétraz a créé son domaine de 8,5 hectares de toutes pièces.Leif Carlson

Vincent Gillioz

Vincent Gillioz

9 avril 2024 à 12:11, mis à jour à 12:16

Temps de lecture : 5 min

Ses vins sont estampillés Fully, mais sa cave est à Saillon. «J’ai saisi une opportunité ici, lors d’une vente aux enchères», explique Alexandre Delétraz, reconnaissant que sa localisation peut sembler cocasse. «Mais au final, ce n’est pas très loin, et j’exploite aussi quelques parcelles ici, même si 75% de mes terrains sont à Fully.» Sa petite propriété sise en limite de zone résidentielle et bordée de vignes est composée d’une maison d’habitation jouxtée de sa cave.

S’il n’est pas issu d’une famille viticole, Alexandre Delétraz raconte avoir été élevé dans un environnement d’amateurs de bons vins. «Mes parents cultivaient la passion du vin. Nous partions régulièrement visiter des caves en France pour des dégustations. Je pense que ça a éveillé quelque chose en moi.» La pratique de l’apiculture «passion dévorante», avec un ancien, favorise parallèlement son intérêt pour la nature.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

C’est la vie

Maryline et Philippe Buchwalder. Bonheur sur les hauteurs

Lorsque l’on quitte la petite commune de Courcelon (JU) nichée à 415 mètres d’altitude, pour grimper vers la colline qui se dresse devant nous, il suffit de parcourir moins de quatre kilomètres pour atteindre la ferme-auberge de Maryline et Philippe Buchwalder, perchée à 800 mètres.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.