Logo

C’est la vie

Nicolas Liechti. Un chantier pharaonique

Quand devenu adulte, Nicolas Liechti embrasse la carrière d’agriculteur, il n’imagine pas que ses terres seront sises sur le tracé du contournement routier du Locle (NE), d’un viaduc et de nouvelles voies routières. Il n’imagine pas non plus qu’une tempête d’une force inouïe dévastera tout sur son passage.

Nicolas Liechti ne se départi pas de son sourire malgré les récents chamboulements survenus.J.-A. Choffet

Jacques-André Choffet

Jacques-André Choffet

23 avril 2024 à 00:00

Temps de lecture : 5 min

Nicolas Liechti, agriculteur loclois exploitant au lieu-dit le Pied-du-Crêt, n’est pas du genre à se mettre sur l’avant-scène. Comme on aime à dire, c’est un bon type. Discret, calme et réfléchit, il accepte avec philosophie les changements importants que son exploitation agricole subit. «De toute façon, on n’a pas le choix. Quand un crédit d’un milliard de francs est alloué pour le détournement des villes du Locle et de La Chaux-de-Fonds et que nos terrains sont sur son passage, c’est David contre Goliath.» Il est très lucide sachant que l’Office fédéral des routes (OFROU) qui mène le chantier aurait pu brandir l’arme de l’expropriation en cas d’opposition de sa part. Tel ne fut pas le cas puisque Nicolas s’est plié à la seule possibilité offerte et a accepté l’offre d’achat d’environ 1 ha de terres agricoles pour un prix peu élevé mais, non négociable.

Discret, calme et réfléchit, Nicolas accepte avec philosophie les changements importants que son exploitation subit.

Les premiers sondages des sols ont eu lieu en 2020, suivis par l’arrivée d’engins, trax, pelles mécaniques, foreuses et barrières pour ne citer que les principaux agrégats qui resteront dans cette zone jusqu’à l’orée de l’année 2030 date supposée de la fin des travaux. Dorénavant la valse des camions de chantier est incessante et la collaboration entre les ouvriers du chantier et Nicolas se résume au déplacement des barrières pour son trafic et son bétail! De plus et, au nom de la mobilité douce, une piste cyclable goudronnée a trouvé place sur une parcelle que Nicolas a cédée en droit de superficie. Elle sera désaffectée quand viaduc, tunnel, routes et autoroute, le tout concentré dans un périmètre restreint, sera ouvert à la circulation. Voilà ce que l’on peut évoquer du gigantisme des travaux de génie civil voulus par l’homme.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter


Dans la même rubrique

C’est la vie

Maryline et Philippe Buchwalder. Bonheur sur les hauteurs

Lorsque l’on quitte la petite commune de Courcelon (JU) nichée à 415 mètres d’altitude, pour grimper vers la colline qui se dresse devant nous, il suffit de parcourir moins de quatre kilomètres pour atteindre la ferme-auberge de Maryline et Philippe Buchwalder, perchée à 800 mètres.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.