Logo

C’est la vie

Anne-Claire Schott. L’art de magnifier le raisin

Anne-Claire Schott détonne dans le milieu viticole. Femme de caractère au parcours atypique, elle sublime le fruit de ses récoltes en vins complexes et profonds. Particularité, le domaine est mené en biodynamie et est certifié Demeter. Pour Anne-Claire Schott, cette orientation s’est imposée comme une évidence.

Anne-Claire Schott et ses filles Lily-Rose et Marie-Lou posent dans les vignes.L. Sutter

Lorraine Sutter

Lorraine Sutter

8 mai 2024 à 10:26

Temps de lecture : 5 min

La vigneronne grandit dans le village viticole de Douanne (BE). Après sa scolarité, la jeune femme n’a qu’une envie, voir autre chose. Elle part voyager en Inde. Son attrait pour la culture la pousse à entamer des études en histoire de l’art et en sociologie. Elle voyage ensuite en Amérique du Nord et du Sud. À son retour, il faut se décider: reprendre ou non le domaine viticole de ses parents? Si oui, elle veut le faire avec cœur. Elle réalise un stage d’une année chez une vigneronne et maman de quatre filles, Sarah Meylan, à Genève.

« Je me laisse inspirer par le raisin et n’ai pas de limite à mon imagination »

Conquise par le métier, elle se forme puis reprend l’entreprise familiale. Elle représente la troisième génération, dont la deuxième qui peut en vivre. Le domaine, d’une taille moyenne pour la région (quatre hectares et demi) emploie trois ouvriers et trois saisonniers. Lors de son travail d’étude, elle goûte des vins et échange avec des vignerons pratiquant la biodynamie. Séduite depuis cette expérience, la vigneronne engage une reconversion de l’exploitation. Les préparations biodynamiques accompagnent d’autres interventions volontaires comme l’application de tisanes ou d’huiles essentielles. Le travail sur cep (taille, ébourgeonnage, effeuillage, vendanges) se fait à la main. Le reste a toujours été mécanisé, très simplement.

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter


Dans la même rubrique

C’est la vie

Maryline et Philippe Buchwalder. Bonheur sur les hauteurs

Lorsque l’on quitte la petite commune de Courcelon (JU) nichée à 415 mètres d’altitude, pour grimper vers la colline qui se dresse devant nous, il suffit de parcourir moins de quatre kilomètres pour atteindre la ferme-auberge de Maryline et Philippe Buchwalder, perchée à 800 mètres.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.