Logo

Animaux

Grands prédateurs. Les chiens de protection font leurs preuves en Valais

L’État du Valais a investi 3,6 millions de francs pour la protection des troupeaux, principalement pour financer des mesures concrètes sur les alpages valaisans. 52 chiens de protection des troupeaux supplémentaires ont été reconnus au niveau cantonal.

Près de trente chiens supplémentaires devraient être testés en Valais en 2024.Agridea

COMM.

COMM.

28 mars 2024 à 16:33, mis à jour à 16:37

Temps de lecture : 4 min

En 2023, 3,6 millions de francs ont été investis pour la protection des troupeaux en Valais, principalement pour financer des mesures concrètes sur les alpages, comme la pose de clôtures, la mise en place de parcs de nuit, l’achat de cabanes mobiles, l’engagement de bergers de soutien ou encore l’utilisation de chiens de troupeaux. La part cantonale se monte à 1,1 million de francs, a indiqué le Canton du Valais dans un communiqué jeudi 28 mars. Le secteur protection des troupeaux du Service de l’agriculture a occupé 2,7 équivalents plein temps en 2023, soit 0,6 EPT de plus que l’année précédente.

L’année 2023 a été marquée par la mise en œuvre sur le plan cantonal du programme de formation des chiens de protection des troupeaux, en collaboration avec l’association Arcadia. 52 chiens supplémentaires de différentes races (Saint-Bernard, Kangal, Transmontano ou encore Berger des Carpathes) ont pu travailler sur les alpages. Sur les quelque 10’000 moutons surveillés par ces chiens, seuls 6 moutons ont été tués par le loup. En 2024, près de trente chiens supplémentaires devraient être testés.

Faire reconnaître d’autres races

Cet article vous intéresse ?

Abonnez-vous dès maintenant pour accéder à tous nos articles et médias.

Les bonnes raisons de s’abonner

  • Accès illimité aux contenus réservés aux abonnés

  • Accès au journal numérique dès 5h

  • Livraison à domicile chaque vendredi


Déjà abonné(e) ? Se connecter

Dans la même rubrique

Animaux

OMS. Virus H5N1 dans du lait de vaches contaminées aux Etats-Unis

Après la découverte de fortes concentrations de virus H5N1 dans le lait de vaches contaminées par la grippe aviaire aux Etats-Unis, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé vendredi d’appliquer des mesures de sécurité alimentaire de bon sens comme l’usage de lait pasteurisé.

Gestion des cookies

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience. Vous pouvez personnaliser l'utilisation des cookies à l'aide du bouton ci-dessous.